Cycles courts


Si la copie reste une pratique artistique répandue, voire indispensable à la formation des artistes, il faut savoir la distinguer du pastiche ludique comme du faux exécuté à des fins mercantiles. L’évolution de la législation et la mondialisation du marché de l’art imposent un nouveau regard sur ce thème essentiel.

 

Copies, pastiches, faux de la Renaissance à l'époque contemporaine
Les mercredi 31 mai, 7 et 14 juin, de 14h30 à 16h30

 

Liste des intervenants
Gallini Brigitte, historienne d’art, commissaire d’expositions, chargée de mission au département des peintures du musée du Louvre